samedi 25 juillet 2015

L'ombra




 



Mentre t’aspettava, in ‘ssu caffè,

di notte, à mezu à i briaconi


chì scaccanavanu per avè l’aria di ride,

mi paria chì tù ghjunghjissi tardi

è chì qualchissia ti seguitessi in carrughju.


Ti giravi prima di entre.


Insischita. Chjudii a porta.

È a to ombra firmava fora:

era ella chì ti seguitava.


A to ombra hè rimasta in carrughju

vicinu à ‘ssu caffè induve tantu spessu t’aghju aspettatu,

ma sì morta

è da tandu a to ombra cura à a porta

mi seguita à me, avà , quandu sortu

cun timore, cum’è una bestia.

S’o mi pientu si pienta.

S’o li parlu, si ne fughje.


06/06/15





L'OMBRE
Quand je t'attendais, dans ce bar,
La nuit, parmi des buveurs ivres
Qui ricanaient pour avoir l'air de rire,
Il me semblait que tu arrivais tard
Et que quelqu'un te suivait dans la rue.
Je te voyais te retourner avant d'entrer.
Tu avais peur. Tu refermais la porte.
Et ton ombre restait dehors :
C'était elle qui te suivait.
Ton ombre est toujours dans la rue
Près du bar où je t'ai si souvent attendue,
Mais tu es morte
Et ton ombre, depuis, est toujours à la porte.
Quand je m'en vais, c'est à présent moi qu'elle suit
Craintivement, comme une bête.
Si je m'arrête, elle s'arrête.
Si je lui parle, elle s'enfuit.
Francis Carco

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Natu in 17 in Leidenstadt

S’era natu in 17 in Leidenstadt Nantu à ruvine insanguinate Seria statu un bravu o un peghju cristianu S’era statu Allemanu Di t...